carpes (suite)

Importées d’Asie dans les années 1970 et introduites dans des étangs piscicoles du sud des États-Unis pour lutter contre la prolifération d’algues et de PARASITES, la carpe argentée et sa cousine, la carpe à grosse tête, se sont retrouvées accidentellement dans le fleuve Mississippi, lors de graves inondations en 1993.

Depuis, ces deux espèces extrêmement prolifiques remontent les eaux du fleuve mythique, direction nord, détruisant sur leur passage des écosystèmes entiers.

D’un appétit insatiable, elles engloutissent des quantités faramineuses de plancton, ne laissant que des miettes pour les autres habitants des lieux. Des pêcheurs états-uniens qui fréquentent les eaux du Mississippi rapportent que de 80% à 90% des poissons qui se prennent dans leurs filets sont désormais des carpes asiatiques.

 

«Si elles pénètrent dans les Grands Lacs, elles vont ravager les populations de dorés et de perchaudes», craint Marc Gaden, relationniste de la Commission des pêcheries des Grands Lacs, un organisme administré conjointement par les gouvernements canadien et états-unien. Ce scénario alarmiste est hélas fort crédible.  (Québec Science)

categorie: 
Québec